Une loi OGM votée à l’Assemblée Nationale en France

OGMSans surprise, et sans mérite, la majorité libérale “UMP” a voté en la faveur d’un texte de loi réglementant et autorisant la culture d’OGM agricoles sur le territoire français, tout en rejettant l’organisation d’un référendum sur les OGM, alors que la population est largement hostile à ces technologies dans l’alimentation, ainsi qu’à leur diffusion dans l’environnement.

Copiant les positions politiques européennes en la matière, sous les pressions des marchés financiers, le parti du Président de la République affiche une fois de plus son incapacité et son impuissance à gouverner de manière démocratique, c’est-à-dire en direction des populations, et non en direction des idéologies et des intérêts privés de bulles spéculatives menées par d’importantes multinationales.

L’impuissance intellectuelle des acteurs français sur la question est encore plus importante peut-être que celle des politiciens à gouverner démocratiquement leur pays, et la presse a témoigné d’un non-débat et d’une mise à l’écart des questions véritablement scientifiques et importantes relatives à ces technologies, comme en témoigne d’ailleurs l’inconsistance des fast-thinkers journalistes et politiques, sur cette question sur les plateaux de télévisions nationales.

Le manque d’implication des chercheurs à l’esprit scientifique dans ce débat de société a été le phénomène marquant de cette tartufferie commerciale légaliste, qui a vu l’apparition sur le terrain médiatique de chercheurs idéologues, militant pour l’industrie, très loin d’un esprit scientifique, et repris par des journalistes sans grand esprit critique ou adeptes du progressisme technoscientifique, dont l’idéologie est insidieusement amenée dans l’opinion publique par certaines organisations de lobbyisme, et favorisée par les modèles de campagnes publicitaires permanentes de l’industrie dans la sphère médiatique.

Contrairement aux idées diffusées par de nombreux journalistes, le fossé existant entre scientifiques et politiques n’est pas celui d’un obscurantisme anti-OGM chez les politiciens, qui tarderaient à transcrire des lois favorables à ces technologies, mais bien celui dû à un amalgame entretenu par ces mêmes politiciens et quelques scientifiques idéologues sur ces produits.

Et contrairement aux idées reçues, les consommateurs sont souvent très informés sur cette problématique et souvent bien plus que les élus politiques eux-mêmes, qui se contentent de s’en référer aux autorités extérieures européennes en se déchargeant de toute analyse personnelle motivée sur ces questions.

Ils nous soutiennent : Le comparateur mutuelle santé en ligne Agissonspourlegalite.fr